Je comprends l'atopie

L’atopie c’est quoi ?

L’atopie correspond à une prédisposition héréditaire à l’allergie appelée terrain atopique familial.

Elle est due à une altération des fonctions barrières de l’organisme.
Elle a diverses manifestations cliniques :

au niveau du nez
on parle de rhinite

des yeux,
de conjonctivite

des bronches,
d’asthme

de la peau,
de dermatite atopique

La dermatite atopique aussi appelée eczéma atopique, est une maladie chronique (elle apparaît puis disparaît régulièrement) inflammatoire de la peau qui touche principalement les enfants en bas âge (environ 3 mois), mais qui persiste à l’âge adulte. C’est une maladie de plus en plus fréquente : le nombre de personnes touchées a été multiplié par 3 en 30 ans1. Des facteurs environnementaux peuvent expliquer sa nette augmentation : pollution, tabagisme passif, stress, maisons surchauffées…

Elle touche désormais 20% des enfantsdans les pays industrialisés
soit plus d’1 enfant sur 5(1)
2 à 3% des adultessont touchés selon le pays(1)
(1)Bieber T. Atopic dermatitis N Engl J Med 2008 : 358 1483 – 94

5 choses à savoir sur la dermatite atopique

Prédisposition génétique.

Sensibilité environnementale.

Terrain atopique (rhinite allergique, conjonctivite allergique, asthme).

Sur une peau normale

  • L’eau s’évapore peu
  • Les allergènes ne peuvent pas entrer

Sur une peau atopique : La peau ne joue pas son rôle de protection : elle laisse s’évaporer trop d’eau, elle est sèche. Elle laisse entrer plus facilement les allergènes qui peuvent déclencher une réaction inflammatoire.

Si La peau est enflammée : rougeurs, gonflements et démangeaisons apparaissent.

On parle d’eczéma atopique.

Chez un nourrisson, elle est souvent sur le visage (les joues et le menton).

Chez un enfant et un adulte elle est davantage située aux plis des genoux, des poignets et des coudes et sur le cou.

L’intensité des symptômes est variable selon les personnes et selon leur âge et le moment de l’examen du patient. La dermatite atopique évolue par alternance de poussées et de rémissions.

En phase de poussée : réaction inflammatoire suite à la pénétration d’un agent exogène. Il y a des signes cliniques visibles au niveau de la peau (plaques rouges inflammatoires avec érythèmes, œdème…). Malheureusement, les facteurs déclencheurs de poussées sont nombreux et ne peuvent pas être prévenus. Ils proviennent de l’alimentation, l’environnement ou même de l’émotionnel. Les facteurs aggravants, eux, peuvent être maîtrisés : poussière, pollen, savons, produits pour le linge, tabac, vêtements irritants…

En phase de rémission, la peau reste très sèche mais il n’y a aucun signe clinique visible d’inflammation. On parle cependant de micro-inflammation (inflammation non-visible).

La dermatite atopique évolue avec le temps. Elle débute souvent chez un nourrisson dès 3 mois et persiste jusqu’à l’âge de 7 ans avec une possibilité d’amélioration vers 2-3 ans.

Vers 10-11 ans, beaucoup d’enfants n’auront plus d’eczéma. En revanche dans la même période, d’autres manifestations atopiques peuvent apparaître tel que l’asthme.

Chez un adulte, la dermatite atopique est rare. Elle peut persister depuis l’enfance. Dans ce cas, elle se présente sous forme lichénifiée (épaississement de la peau suite au grattage) avec grattage et sécheresse intense.

L’impact psychologique sur la vie de famille

Quand la maladie touche votre bébé, cela vous affecte en tant que parents. Vous vous demandez si c’est de votre faute, vous cherchez des informations autour de vous alors que rien ne vous rassure, car tous les avis sont différents. Et plus vous vous inquiétez, plus votre bébé le ressent car c’est un vrai buvard qui capte vos émotions.

Demandez tous les soirs à votre enfant, s’il s’est gratté et comment il va, est un discours qui ne construit rien de positif chez votre enfant. Il a besoin de parler de sa journée, de ses copains, de ses cours… mais surtout pas de l’eczéma.

À cela s’ajoute le manque de sommeil, qui peut entraîner un manque de concentration à l’école, plus de colère…

Mais il existe des solutions : la confiance, l’autonomisation et l’échange.

La confiance

La confiance concerne la prise en charge par une équipe soignante attentive et à l’écoute de votre enfant et de vous. Une fois, mis en confiance, vous allez pouvoir vous décharger de la culpabilité qui vous habite très souvent et jouer votre rôle de parent comme tous les autres, indépendamment de la peau.

L’enfant dont les parents sont confiants ne se sentira pas coupable de l’angoisse de ses parents.

Tout cela est possible dans le cadre de la prise en charge par l’éducation thérapeutique dans les écoles de l’atopie.

Évitez aussi de regarder la peau de votre enfant avec angoisse, mais juste avec amour. Ne pas scruter tous les jours où sont ses plaques, en parler le moins possible, parler de la vie de tous les jours, de ses copains, de ses devoirs…

L’autonomisation

L’autonomisation est la capacité à enseigner, à comprendre et à gérer les crises et à enseigner ensuite à votre enfant ce que vous avez compris. Très tôt, votre enfant peut apprendre à maîtriser lui-même, son eczéma, comprendre qu’en se soignant, il ira mieux, maîtriser le traitement et devenir le plus vite possible autonome.

L’échange et la parole

Enfin l’échange et la parole sont importants pour dédramatiser, calmer et diminuer les angoisses et ce, quelque soit l’âge de votre enfant.

Rassurez-le, cela dure rarement toute la vie et ce n’est pas contagieux. Expliquez lui les choses avec vos mots et n’oubliez pas les câlins !

Reconnaissez sa peine et sa gêne, il est important pour lui que vous le soutenez en restant à son écoute. Vous pouvez lui proposer de faire un dessin qui illustre ce qu’il ressent par exemple.

À qui s’adresser ?

Plusieurs professionnels de santé peuvent vous accompagner si vous ou un proche souffrez de dermatite atopique. Trouver un spécialiste proche de chez vous.

Dermatologue

Pharmaciens

École de l’atopie

Au-delà des médicaments utilisés lors des poussées, c’est toute une éducation qui doit être entreprise : conseils d’hygiène, utilisation d’émollients, astuces anti-grattage…

Que faire en période de poussée ?

L’eczéma atopique est une affection inflammatoire prurigineuse chronique, évoluant par poussés inflammatoires récidivantes.

Réduire l’inflammation avec les dermocorticoïdes

Les dermocorticoïdes sont des médicaments d’usage local qui contiennent des dérivés de la cortisone. Ils se présentent sous forme de crème, pommade, ou lotions.

Appliquez une crème à base de cortisone, prescrite par votre médecin, une seule fois par jour (de préférence le soir) sur les lésions inflammatoires, pour diminuer l’inflammation et le prurit.

Si les rougeurs réapparaissent il faut tout de suite recommencer à appliquer les dermocorticoïdes.

Utilisés conformément à la prescription du médecin, il y a très rarement d’effets secondaires. C’est la façon la plus sûre et la plus rapide d’arrêter le cycle infernal : rougeur, grattage et le risque de surinfection.

Bien suivre les conseils de son médecin

Il adapte la forme du dermocorticoïde en fonction de la localisation des plaques rouge et de leur aspect sec ou suintant.

Il adapte la puissance du dermocorticoïde en fonction de l’intensité des plaques.

Bien appliquer la bonne dose de dermocorticoïdes
pendant le temps nécessaire, jusqu’à la disparition des plaques

En mettre dès que les rougeurs apparaissent et jusqu’à ce qu’elles aient totalement disparu. La moyenne d’utilisation est de 1 à 2 semaines, mais parfois 2 à 3 jours sont suffisants.

En mettre suffisamment. Une dose trop faible risque d’être insuffisante pour faire disparaître les plaques.

Sur les zones non inflammatoires, appliquez un soin nourrissant pour reconstruire la peau et lutter contre la sécheresse cutanée et diminuer l’inconfort et les démangeaisons liés à la peau sèche.

Que faire en période de rémission ?

Pendant ces périodes, il est important de prendre soin de sa peau.
L’objectif du traitement est d’espacer les crises, les rendre moins intenses et moins visibles. Pendant cette période, la peau reste excessivement sèche.

Appliquez plusieurs fois par jour, sur l’ensemble du corps, des émollients (après un produit d’hygiène émolliente). L’émollient réduit la sécheresse de la peau, donc les démangeaisons et les tiraillements.

  • Son efficacité est optimale lorsqu’il est appliqué après la toilette avec des mains propres et des ongles coupés court.
  • “Chauffez” l’émollient dans ses mains, puis étalez-le en massage doux.
  • Si des sensations de brûlures ou de rougeurs apparaissent, il est conseillé de changer de produit.

De nombreux émollients existent sous différentes formes. Leur utilisation varie en fonction du degré de sécheresse de la peau.

  • Peau sèche
  • Peau très sèche
  • Lait
  • Crème
  • Baume

Le meilleur émollient est celui que votre peau ou celle de votre enfant tolère, et qui est appliqué régulièrement.

Tips & tricks - l’atopie au quotidien

Les membres inférieurs

Commencez par le massage des jambes, en lissant de la cheville vers le haut de la cuisse, de l’arrière vers l’avant.

Les membres supérieurs

Massez ensuite le bras en remontant du poignet jusqu’aux aisselles, puis terminez par les mains en commençant par les doigts jusqu’aux poignets.

Le tronc 

Posez les mains bien à plat au bas du ventre et remonter vers le cou avec des mouvements circulaires.

Le dos

Une fois à la hauteur du cou, descendez vos mains le long des épaules par un mouvement enveloppant et prenez votre enfant pour l’asseoir, en plaçant sa tête contre votre épaule. On va pouvoir ainsi masser le dos en posant les mains en bas du dos et en remontant vers la nuque jusqu’aux oreilles si nécessaire.

Le visage

Après avoir chauffé la crème sur le bout des doigts, posez les doigts à plat sur le haut du front, descendez sur les tempes et revenir sur le nez en glissant sous les yeux. Puis, descendez sur les ailes du nez, sur les joues jusqu’au menton.

Les pieds

Le soir, pour un effet relaxant, massez les en commençant par le dessus du pied pour remonter vers chaque orteil.

N’appliquez jamais un émollient sur une peau lésée et suintante
Ne frictionnez pas la peau pour ne pas l’irriter.
N’oubliez pas de vous laver les mains avant chaque application.